Une fois par mois, nous vous présentons une œuvre grâce à la technique de l’audiodescription.

Elle permet de décrire des œuvres aux personnes en situation de handicap visuel. Elle est utilisée pour enrichir le compagnon de visite numérique ou des animations.

En attendant, fermez les yeux et laissez-vous conter les œuvres…

 

Portrait de jeune homme

Ce mois-ci :  Portrait de jeune homme, école florentine du XVe siècle, réalisé vers 1475.

L’œuvre est une huile sur bois, mesurant 46 centimètres de hauteur, sur 31 centimètres de largeur. Elle représente le buste d’un jeune homme.

Le jeune homme est face à nous, tourné légèrement vers notre gauche. Il nous regarde. Il est vêtu d’une large chemise noire à col montant et coiffé d’une toque rouge. Ses cheveux courts, dépassant de la toque, sont châtains et frisés. Son visage est arrondi, régulier et symétrique, à l’expression calme et au teint frais. Ses yeux verts en amande sont vifs sous de fins sourcils, son nez délicat est légèrement plongeant, ses lèvres fines esquissent un sourire.

Le portrait apparaît sur fond noir. Une inscription en latin est lisible en bas de l’œuvre.

Individuel ou collectif, le portrait existe depuis l’Antiquité. En pied, en buste, de profil, de trois quarts ou de face, il mêle ce qu’il y a de plus spécifique, la physionomie d’un visage, à des accessoires et remplit une fonction esthétique et surtout sociale. Si le peintre tout comme le sujet de ce portrait nous sont aujourd’hui inconnus, l’œuvre témoigne de l’importance mémorielle du portrait à la Renaissance, particulièrement à Florence, où il se développe considérablement. Au bas du portrait, l’inscription « El tempo consuma » fait référence à la fugacité de la jeunesse ou encore la brièveté de la vie. Pourtant, grâce au portrait qui fige les traits, le peintre et le sujet parviennent à triompher du temps.
Au cours du 15e siècle, les Florentins aspirent à inscrire leur histoire dans la postérité. Sculpté ou peint, le portrait se démocratise, permettant à l’individu portraituré de renforcer ou d’affirmer sa position dans la société. »